32 chiffres sur les TPE et PME

32 chiffres très intéressant sur l’entreprise en 2021

1/ La création de société a augmenté de 17,4% en 2021

En 2021, près de 996 000 sociétés ont vu le jour contre 850 000 en 2021. Il s’agit d’un record historique. Cette croissance est portée les entreprises de services aux ménages (+30%), d’activité financières et assurances (+ 30,6%), d’information et communication (+ 25,4%) et de transports et entreposage (+ 24,9%). Cette dernière catégorie comprend notamment les livraisons à domicile, qui ont explosé avec la crise sanitaire.

2/ 99,9%, c’est la part des TPE/PME en France

Sans surprise, la très grande majorité des entreprises en France sont des TPE/PME. Parmi ces 99,9%, la plupart sont des TPE dont plus de 96% de microentreprises (sans salariés). Les PME représentent 3,8% du nombre d’entreprise en France.

3/ 49% des salariés français travaillent dans une TPE/PME

En équivalent temps plein, les TPE/PME (incluant les micro-entreprises) représentent quasiment la moitié du salariat en France. C’est-à-dire qu’une personne sur deux travaille pour une/sa TPE/PME.

4/ Les TPE/PME représentent 36% du chiffre d’affaires des entreprises en France

Le chiffre d’affaires (hors taxe) des micro-entreprises représente 14,1% du chiffre d’affaires national. Celui des PME est de 22,3%. Quant à elles, les grandes entreprises et les ETI pèsent 63,6%.

5/ Les commerces représentent 17,6% des unités légales en France

Selon les chiffres 2019 de l’INSEE, plus de 940 000 entreprises en France sont actives dans le secteur du commerce (y compris la réparation automobile). Les activités spécialisées, scientifiques, techniques et de soutien aux entreprises est le secteur le plus important avec plus de 1 000 000 d’unités légales actives (sur un total de 5,35 millions).

6/ Le profil des créateurs de TPE/PME

35 ans, c’est l’âge moyen des créateurs d’entreprises individuelles

Depuis 2010, les créateurs d’entreprises sont de plus en plus en jeunes même si l’on observe un ralentissement ces dernières années. En 2021, l’âge moyen des créateurs d’entreprises individuelles est de 35 ans. Autre information intéressante, 40% des créateurs d’entreprises individuelles ont moins de 30 ans.

7/ 4 créateurs d’entreprises individuelles sur 10 sont des femmes

En 2021, 41% des entreprises individuelles ont été créées par des femmes. La part des femmes dans la création d’entreprise a augmenté sensiblement depuis 30 ans (29 % en 1987 et 33 % en 2000) mais cette progression ralentie depuis 2015.

8/ 54% des créateurs de micro-entreprises n’ont pas de diplôme ou un niveau d’étude CAP / BEP / BAC

Lorsque l’on regarde uniquement la création d’entreprise (hors micro-entreprise), ce chiffre se réduit à 44%. Les créateurs d’entreprises (hors micro-entreprise) sont donc plus diplômés que les créateurs de micro-entreprises.

9/ Dans 2 cas sur 3, la création d’une société est lancée par une seule personne

Ainsi, on peut dire que l’entreprenariat est une démarche le plus souvent solitaire. 68% des entreprises sont créées par une seule personne, 22% par deux personnes et 10% par trois personnes ou plus.

10/ La motivation principale de créer une entreprise est d’être son propre patron

Selon l’INSEE, 57,5% des créateurs d’entreprise se lancent principalement pour être plus indépendants. Viens en seconde position (39,9%) l’envie d’affronter des nouveaux défis et en troisième position (21,1%) la volonté d’augmenter ses revenus.

11/ Le financement des TPE/PME

20% des créateurs d’entreprises se lancent avec moins de 1 000 euros

Selon l’enquête Sine (INSEE) de 2018, 20% des créateurs de sociétés et d’entreprises individuelles (hors micro) se lancent avec moins de 1 000€. À l’opposé, 9% se lancent avec plus de 160 000€. Il y a donc une forte disparité.

12/ 63% des créateurs n’ont aucune source de financement extérieur

En dehors de leurs ressources personnelles, 63 % des créateurs n’ont eu recours à aucune autre source de financement. L’emprunt bancaire est la source de financement extérieure la plus populaire avec 27% des créateurs ayant eu recours à un emprunt bancaire au nom de l’entreprise et 8% en leur propre nom.

13/ 39% des créateurs d’entreprises ont bénéficié d’au moins un dispositif d’aide

L’aide la plus fréquemment utilisée est l’ACCRE (l’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs) qui a bénéficié à 33% d’entrepreneurs en 2018. Derrière l’ACCRE vient l’ARCE (aide à la reprise ou à la création d’entreprise), perçue par 9% des créateurs d’entreprise.

14/ 1,27%, c’est le taux moyen pour les prêts inférieurs ou égaux à 1 million d’euros

D’après le rapport de l’OFE (Observatoire du Financement des Entreprises) datant de Mars 2021, les TPE et PME accèdent de manière large au crédit de trésorerie. L’effet des prêts garanti par l’État (PGE) a eu une forte augmentation sur le taux d’obtention. Il était de 90% pour les PME et de 87% pour les TPE au quatrième trimestre 2020 (vs. 76% en moyenne entre 2012 et 2020).

15/ 18% des TPE-PME adressent chaque trimestre une demande de crédit d’investissement

Entre 2012 et 2019, ce sont 18 % des TPE‑PME qui adressent, chaque trimestre, une telle demande de financement à leurs banques. Ce chiffre a chuté à 11% en 2020 suite aux effets de la crise sanitaire.

16/ Pérennité des TPE/PME

Les sociétés sont plus pérennes que les entreprises individuelles

D’après l’INSEE, les sociétés ont une durée de vie supérieure aux entreprises individuelles. En effet, cinq ans après leur création, 67% des sociétés sont toujours actives alors que ce chiffre descend à 53% lorsque l’on regarde les entreprises individuelles classiques (c’est-à-dire hors régime de l’autoentrepreneur).

17/ 44% des TPE en France ont 5 ans ou moins

Les TPE sont des entreprises souvent jeunes. En effet, en 2018, 44% des TPE avaient 5 ans ou moins d’existence, 22% avaient 6 à 10 ans d’existence et 35% avaient plus de 10 ans d’existence.

18/ Une baisse de 8,4% du chiffre d’affaires en 2020

D’après le baromètre de l’Ordre des Expets Comptables, les TPE/PME françaises ont enregistré une baisse de leur CA de 8,4% en 2020. Cette baisse provoquée par la crise sanitaire est bien plus marquée dans le secteur CHR avec une baisse de 38,7% pour la restauration traditionnelle et une baisse de 44,4% pour les hôtels.

19/ La retraite est le principal motif de cession d’une TPE/PME

Selon l’association des Cédents et Repreneurs d’Affaires (CRA), la retraite demeure de loin le principal motif de cession d’une TPE/PME avec 68% des cas en 2016. Vient ensuite la réorientation (18%) et la santé ou un changement de vie (14%).

20/ 27 285 entreprises sont entrées en procédure de redressement ou de liquidation judiciaire en 2021

D’après la Banque de France, le total annuel des défaillances d’entreprises s’est maintenu à un niveau très bas en 2021 avec seulement 27 285 défaillances. C’est 12,7% de moins qu’en 2020 et il faut remonter à 1986 pour trouver des chiffres aussi bas.

21/ Digitalisation des TPE/PME

66% des TPE/PME ont un site internet présentant leur activité

D’après le baromètre France Num, 66% des TPE/PME ont un site internet (hors réseaux sociaux) présentant leur activité contre 37 % avant la crise.

22/ 29% des TPE/PME ont recours au référencement payant sur Internet

Le nombre d’entreprise utilisant le référencement a quasiment doublé depuis la crise sanitaire. En effet, elles étaient 15% avant la crise contre 29% en Octobre 2021.

23/ 33% des TPE/PME utilisent des outils de collaboration professionnelle

L’utilisation d’outils collaboratifs a augmenté de 12 points pendant la crise sanitaire.

24/ Les engagements sociaux et environnementaux ne sont pas une priorité

Les 3 priorités auxquelles les dirigeants de TPE/PME accordent le plus d’importance sont leur structure financière (93%), leur développement commercial (84%) et la santé économique de leurs prestataires et partenaires (83%). Les engagements sociaux et environnementaux viennent en dernier (56%).

25/ 71% des TPE/PME estiment nécessaire d’augmenter leurs tarifs

La hausse des prix des matières premières est jugée importante par 84% des TPE/PME. Sur ces 84%, 84% des entreprises déclarent qu’elles répercuteront cette hausse sur leur prix de vente.

26/ Les TPE/PME et l’environnement

250 millions pour la transition écologique des TPE et des PME

Le gouvernement a lancé en 2020 un accompagnement financier et technique pour encourager les entreprises à se diriger vers la transition écologique. Ce dispositif de 250 millions d’euros vise à inciter les TPE et PME française à réduire leur emprunte carbone.

27/ Les TPE/PME sont moins sensibilisées que les grandes entreprises au sujet de la neutralité carbone

En effet, selon une étude menée par Mazars en 2021, l’atteinte de la neutralité carbone est une priorité pour 46% des TPE. Pour les PME, ce chiffre atteint 60%. Il est le plus élevé chez les grandes entreprises et ETI avec 62%.

28/ 14% des émissions de GES proviennent des TPE/PME françaises

Selon les estimations du CESE datant de 2018, les TPE/PME seraient responsables de 12 à 14% des émissions nationales de CO2 (en tenant compte des scope 2 et 3).

29/ Seulement 8% des entreprises de moins de 20 salariés mettent en place un bilan énergétique ou un bilan carbone

Selon l’étude réalisée par Bpifrance Le Lab, ce chiffre est à la hausse lorsque l’on regarde des entreprises de taille plus importante : 12% pour les entreprises de 20 à 49 salariés et 18% pour les entreprises de 50 à 249 salariés.

30/ Tendances pour les TPE/PME en 2022

3/4 des TPE/PME sont confiantes dans l’avenir

D’après une enquête menée par le Cerlce Perspctives en 2022, 79% des TPE/PME se montrent aujourd’hui confiantes dans l’avenir. 73% d’entre elles estiment ainsi que leur chiffre d’affaires 2022 sera supérieur ou égal à celui enregistré en 2019.

31/ Les engagements sociaux et environnementaux ne sont pas une priorité

Les 3 priorités auxquelles les dirigeants de TPE/PME accordent le plus d’importance sont leur structure financière (93%), leur développement commercial (84%) et la santé économique de leurs prestataires et partenaires (83%). Les engagements sociaux et environnementaux viennent en dernier (56%).

32/ 71% des TPE/PME estiment nécessaire d’augmenter leurs tarifs

La hausse des prix des matières premières est jugée importante par 84% des TPE/PME. Sur ces 84%, 84% des entreprises déclarent qu’elles répercuteront cette hausse sur leur prix de vente.

Sources : https://independant.io/chiffres-statistiques-tpe-pme/